1. Formation continue
  2. Formation continue
  3. Accueil
  4. Actualités
  5. Santé et sciences de la vie (HeLSci)

Collaboration entre formation initiale et formation continue : exemple en sciences biomédicales

Publié le 5 juillet 2021 Mis à jour le 16 juillet 2021

Mustapha Chamekh coordonne les travaux pratiques d’étudiants en sciences biomédicales. Cette année, de nouveaux challenges l’ont poussé à collaborer avec la formation continue et offrent de nouvelles pistes de collaboration pour la suite.

Mustapha Chamekh est professeur de microbio-immunologie à la Faculté de Médecine de l’ULB. Il est enseignant et coordonne notamment les travaux pratiques intégrés du cours multidisciplinaire « Immunologie et microbiologie » des étudiants du troisième bloc du bachelier en sciences biomédicales.

Erica Berghman est responsable de la cellule digitale à la Formation Continue en Santé et Sciences de la Vie de l’ULB, ULB HeLSci. Elle coordonne et développe avec son équipe des cours digitaux pour les certificats, parcours chercheurs d’emploi et formation focus organisés par ULB HeLSci.

Mustapha et Erica ont eu l’occasion de collaborer ensemble récemment. Revenons sur cette collaboration entre formations initiale et continue et les opportunités qui en ressortent. Interview.

EB. Bonjour Mustapha ! Il y a quelques semaines, Anne Op de Beeck, coordinatrice du cours « Immunologie et microbiologie » nous a contacté afin de proposer notre cours digital sur la cytométrie en flux aux étudiants en sciences biomédicales. D’où venait cette demande ?

MC. Cette année, nous avions à la fois deux fois plus d’étudiants que d’habitude et plus de contraintes au vu des normes sanitaires à respecter. Nous ne pouvions pas assurer toutes les expériences et manipulations habituelles et étions donc dans l’obligation d’adapter les travaux pratiques. Les étudiants ont donc réalisé une série de manipulations dont une ELISA pour analyser une sérologie Covid19 et se frotter ainsi à la réalité épidémiologique actuelle, mais n’ont pas eu l’occasion de pratiquer la cytométrie en flux.

EB. Mais vous souhaitiez tout de même qu’ils comprennent comment fonctionne la cytométrie en flux…

MC. Tout-à-fait. Le FACS est une technique importante utilisée dans de nombreux domaines d’immunologie et de microbiologie. Nous estimions qu’il était important pour les étudiants d’en comprendre le principe et l’utilité. Nous souhaitions qu’ils la découvrent, théoriquement et autant que possible pratiquement, et en ce sens, le cours digital du HeLSci répond tout-à-fait à ces objectifs.

EB. Du coup, pensez-vous utiliser ce module de la même manière l’année prochaine ?

MC. C’est une piste à considérer. Je coordonne ces travaux pratiques en concertation avec l’ensemble des titulaires et nous mettons en place chaque année un programme adapté qui prend en considérations les avis des intervenants. Le cours digital du HeLSci pourrait servir d’introduction aux travaux pratiques pour les étudiants de sciences biomédicales mais évidemment pas en remplacement d’une vraie séance de travaux pratiques

EB. Evidemment. C’est d’ailleurs comme ça que nous l’utilisons également. Nos formations continues sont d’ailleurs donnés en un cycle en trois temps : j un cours en ligne d’introduction à la technique, qui est le cours que vos étudiants ont suivi ; k une séance pratique en laboratoire ; l un module d’approfondissement, sous forme de boîte à outils pour la cytométrie en flux.

MC. Exactement. Le cours théorique proposé par HeLSci est très complet, peut-être trop pour les objectifs visés par ce cours.  Selon moi, il nous faudrait un cours d’introduction d’une trentaine de minutes, qu’il mettrait ensuite directement en pratique.

EB. A vous entendre, un parcours d’apprentissage cohérent serait de diffuser les premières vidéos du cours aux étudiants en début de séance de TP et ensuite de passer directement à la pratique. Les étudiants pourraient s’ils le souhaitent parcourir le cours chez eux après les travaux pratiques, pour approfondir la technique ou revoir les vidéos théoriques.

MC. Ca me semble effectivement un dispositif pédagogique pertinent ! Visionner même les vidéos chez eux avant les travaux pratiques serait un plus pour une préparation optimale et une meilleure interaction lors de la séance d’introduction.  Une autre utilisation de vos deux modules digitaux serait pour les doctorants afin de leur permettre d’avoir une boîte à outil contenant tout ce dont ils ont besoin pour la bonne pratique de la technique dans le cadre de leurs projets de recherche. Cela éviterait de dépendre de la présence et de la disponibilité d’un expert du domaine au sein du laboratoire. Le cours est non seulement très clair et très didactique, mais il a aussi l’avantage d’être consultable à n’importe quel moment pour aller plus en profondeur

EB. Ce sont des pistes très enthousiasmantes. Je sais qu’actuellement, vous êtes forts occupés avec les examens et les défenses de mémoire mais je ne manquerai pas de vous recontacter dans les prochains mois afin de travailler sur cette collaboration entre la FI et la FC. Nous sommes d’ailleurs en train de travailler sur un autre module digital qui pourrait vous intéresser : une introduction théorique à l’ELISA…

MC. Ça sera avec un grand plaisir ! 

Lieu(x)
Campus Erasme